13 défis à relever avec la liste

Saint-Michel en Commun

 

Les lignes qui suivent ont été élaborées à partir des principaux points travaillés lors des échanges riches et fructueux au cours des Ateliers citoyens des 18 septembre, 1er et 16 octobre, puis des trois Fabriques citoyennes des 6 et 20 novembre et du 3 décembre 2019. Tous ces éléments ont été présentés, enrichis et validés à l’issue de deux Forums citoyen qui se sont tenus les 18 décembre 2019 et 15 janvier 2020.

La communication habile de la droite tente de masquer une transformation négative de la ville, accentuée au cours de son deuxième mandat. En responsabilité depuis maintenant 12 ans, la droite doit assurer son bilan et la situation dans laquelle est maintenant la ville. Un sursaut et une alternative sont nécessaires.

 

ARRÊTER LE BÉTONNAGE GÉNÉRAL

 

Depuis 10 ans, la multiplication des programmes immobiliers dans notre ville se fait au détriment de notre cadre de vie.

La municipalité a imposé plusieurs modifications du Plan Local d’Urbanisme pour faciliter les constructions et la densification, sans préserver l’environnement.

Des espaces verts réduits, des places de stationnement insuffisantes, des conditions de circulation plus difficiles, des nuisances sonores plus importantes…

Notre ville cumule désormais de nombreux inconvénients. Paradoxe : pour la première fois depuis 1975, Saint-Michel sur Orge compte moins de 20 000 habitants.

Ce bétonnage excessif n’a même pas facilité l’accès au logement pour tous.

Il faut stopper cette spirale et reconquérir des espaces pour respirer et vivre mieux.

Nos principales propositions

  • Engager la révision du Plan Local d’Urbanisme pour restreindre la construction de nouveaux programmes immobiliers et imposer des normes plus écologiques. Pour cela nous créerons un Atelier d’Urbanisme ouvert aux habitants.

  • Soutenir en priorité la réhabilitation du bâti existant.

  • Mettre en œuvre un plan pluriannuel de végétalisation des espaces publics fixant un objectif d’occupation végétale du sol.

  • Reconquérir les espaces bétonnés, avec des aménagements discutés en Conseils de quartier.

  • Mettre en place un Atelier public d’urbanisme spécifique pour maîtriser une évolution concertée dans le quartier ancien.

  • Saisir les opportunités de ventes de pavillons pour les transformer en petits logements avec des espaces mutualisés et intergénérationnels.

  • Développer et vérifier la mise en œuvre des normes d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite.

  • Organiser des espaces partagés de jardinage.

  • Revenir sur l’artificialisation des sols.

  • Présenter préalablement dans les Conseils de quartier les permis de construire déposés.

 

RÉDUIRE LA PRESSION FISCALE

 

Le niveau des impôts locaux à Saint-Michel sur Orge est un des plus élevés de l’Essonne. Contrairement à ses promesses électorales, la droite a déjà augmenté deux fois les taux d’impôts et réduit certains abattements.

Depuis 2008, le montant des impôts locaux payé par les Saint-Michellois dans le budget communal est passé en 12 ans de 9,5 millions à près de 15 millions d’€.

La suppression progressive de la taxe d’habitation, mise en œuvre par le gouvernement Macron, va coûter cher aux communes qui n’ont à ce jour aucune garantie sur les compensations annoncées.

Les tarifs pour les activités municipales pèsent lourd sur les classes moyennes, l’inflation sur les coûts des investissements aggrave l’endettement de la ville.

Nos principales propositions

  • Baisser immédiatement de 15% le taux de la taxe foncière.

  • Exiger de l’État la compensation à 100% de la suppression progressive de la taxe d’habitation pour toutes les communes.

  • Réajuster et rééquilibrer la politique tarifaire en révisant le mode de calcul du quotient familial.

  • Inscrire au budget uniquement le montant des investissements réalisables dans l’année pour éviter les reports successifs d’excédents.

  • Imposer davantage de transparence sur les modalités d’attribution des marchés publics.

  • Diminuer le montant des indemnités des élus et réduire les frais de communication et de représentation.

  • Utiliser la totalité des crédits de l’agglomération pour le paiement des travaux qui sont de sa compétence (voirie, éclairage public…).

  • Analyser plus rigoureusement chaque année le compte administratif en s’appuyant sur le rapport d’activité des services municipaux.

  • Mettre en débat dans chacun des Conseils de quartier la totalité du budget. C’est l’affaire de tous.

  • Effectuer un audit sur le coût et l’efficacité des dispositifs de vidéo surveillance mis en place depuis 10 ans.

  • Ne plus verser les charges de copropriétés, manifestement illégales, réclamées pour le centre commercial.

 

REVITALISER LES COMMERCES ET LES SERVICES

 

L’offre commerciale de proximité et de qualité est peu diversifiée et très insuffisante dans notre ville. La galerie du centre commercial est à l’abandon, les commerçants ne sont pas écoutés, les aménagements pour faciliter les accès aux commerces, aux professions libérales et aux services sont très déficients.

Saint-Michel sur Orge est de moins en moins attractive. Elle devient de plus en plus une ville dortoir. Un sursaut est indispensable à travers une nouvelle dynamique concertée et équilibrée au sein de Cœur d’Essonne Agglomération.

Davantage de commerces et de services à Saint-Michel, ce sont aussi des emplois en plus et des déplacements en moins.

Nos principales propositions

  • Arrêter de payer les charges de copropriété du centre commercial pour imposer une solution d’urgence aux contentieux juridiques.

  • Renégocier sérieusement le contenu du dispositif « Action en cœur de ville » autour de la revitalisation assainie du centre commercial et de la diversification des activités.

  • Appliquer le droit de réquisitionner les locaux commerciaux vacants pour les affecter à des activités artisanales, éducatives, de services ou de loisirs.

  • Articuler, coordonner, réhabiliter et compléter les activités commerciales autour de la gare, rue de Montlhéry, Lormoy, Bellevue et Genêts.

  • Créer, en lien avec l’agglomération, un poste de médiateur auprès des commerçants et des professions libérales pour faciliter leurs démarches sur tous les aspects administratifs et techniques liés à l’exercice de leur activité.

  • Aider à l’amélioration de l’accessibilité des commerces et des services pour les personnes à mobilité réduite.

  • Implanter un marché sur la place Marcel Carné.

  • Mettre à disposition un lieu pour la commercialisation des produits issus de l’agriculture biologique (AMAP, ferme de l’Envol).

  • Mettre à disposition des espaces partagés pour le télétravail et des services mutualisés pour les commerçants, artisans ou autoentrepreneurs.

 

RENDRE LA VILLE PLUS ÉCOLOGIQUE, PROPRE ET AGRÉABLE

 

L’urgence climatique est là. Il faut agir. Dépassons les incantations de ceux qui donnent des leçons sur les mauvais comportements de chacun.

L’état catastrophique de notre planète est d’abord dû à un système économique et financier qui impose de produire toujours plus et de consommer n’importe comment.

C’est ce système, avec toutes les conséquences sociales, humanitaires et environnementales, qu’il faut résolument combattre.

Nous sommes écologistes, et aussi citoyens éco-responsables. Il faut donc être efficace au quotidien et prendre en compte l’empreinte écologique de chaque décision prise en Conseil municipal et en Conseil d’agglomération.

Nos principales propositions

  • Renégocier le règlement de collecte des déchets pour assurer des passages plus réguliers et limiter les dépôts sauvages.

  • Mettre en place une « Brigade verte » d’intervention rapide.

  • Faire établir en début de mandat et publier un bilan des émissions de gaz à effet de serre de la commune et évaluer chaque année son évolution.

  • Créer une cuisine centrale au niveau de l’Agglomération, s’appuyant sur les produits bio locaux et la ferme de l’Envol (amélioration de la qualité des repas, limitation du gaspillage, proposition d’une collation…)

  • Agir auprès de la régie de l’eau pour améliorer la qualité, baisser le prix et simplifier la facturation.

  • Mesurer et limiter les impacts écologiques de toutes les actions municipales (travaux, réhabilitation…)

  • Installer, en lien avec les bailleurs et les copropriétés, des composteurs collectifs.

  • Réhabiliter et améliorer l’entretien des bois du Bois des Roches.

  • Installer davantage de bancs et de poubelles dans les espaces publics.

  • Signer et appliquer la charte « ville et territoire sans perturbateurs endocriniens ».

  • Planifier avec les habitants volontaires la valorisation des puits et des plantations.

  • Planter des arbres fruitiers et développer les jardins partagés, ouverts, conviviaux, pour recréer du lien social.

  • Préserver la biodiversité et développer les trames vertes et bleues, en restaurant les haies, les fossés et les mares.

  • Sortir de l’usage des produits chimiques dans les crèches, écoles, maisons de retraite, bâtiments municipaux et intercommunaux.

  • Accompagner les habitants pour aboutir au « zéro-phyto » partout en organisant des journées d’éducation populaire.

  • Aménager des espaces refuges pour les animaux et maintenir en particulier des friches pour les pollinisateurs sauvages.

  • S’assurer que les procédures de dématérialisation au sein du service communal n’entrainent pas de consommation d’énergie supplémentaire et davantage d’exploitation de ressources rares.

 

DÉVELOPPER LA PRÉVENTION POUR ASSURER LA SÉCURITÉ DE TOUS

 

Il n’y a pas de liberté sans sécurité. Mais les seules répression et surveillance ne règleront rien durablement. La dégradation de notre cadre de vie et des espaces publics, la voirie mal entretenue, l’éclairage public défectueux, les logements vacants, les commerces fermés génèrent un sentiment d’abandon mais aussi d’insécurité.

L’échec de la municipalité est lourd de conséquences. Le vivre ensemble est en recul, les liens sociaux se distendent. L’absence d’instances de concertation et de dialogue alourdit le climat et favorise les tensions.

Pour être efficace, il faut mener de front la prévention, la dissuasion, la médiation, la sanction et la réinsertion. Ceci passe par un renforcement de la présence humaine dans les espaces publics, de la clarté, de la coordination et de la complémentarité au sein de tous les services et acteurs concernés

Nos principales propositions

  • Mettre en place un véritable service « Prévention -Sécurité » regroupant médiateurs, agents de surveillance de la voie publique (ASVP) et policiers municipaux pour davantage de présence humaine et de dialogue sur le terrain.

  • Organiser un service d’écoute, d’aide et de soutien aux victimes.

  • Renforcer les moyens et les actions des éducateurs spécialisés du CEPFI (Centre de Formation, Prévention et Insertion).

  • Élaborer un plan concret de lutte contre le harcèlement dans et aux abords des établissements scolaires.

  • Assurer au sein de chaque service municipal une information sur l’accès au droit pour tous les habitants.

  • Favoriser les échanges et développer les actions entre le Conseil des jeunes et le Conseil des sages pour réduire les tensions et les conflits dans la ville.

  • Développer au sein de la Médiathèque, du Point Information Jeunesse, du Centre social et des établissements scolaires, un programme de sensibilisation sur les abus et les risques des réseaux sociaux.

  • Créer des postes de médiateurs présents dans les espaces publics en lien avec les établissements scolaires et les équipements culturels et sportifs.

  • Renforcer la présence d’adultes aux entrées et sorties des établissement scolaires.

  • Maintenir auprès de l’État la demande d’un commissariat de police à Saint-Michel-sur- Orge.

 

RÉÉQUILIBRER ET SÉCURISER LES ESPACES DE CIRCULATION (AUTOMOBILES, CYCLISTES, PIÉTONS)

 

Les multiples constructions d’immeubles, ces dix dernières années, ont été effectuées sans aucune étude d’impact sur la circulation, le stationnement résidentiel et la sécurité routière.

Dans plusieurs résidences, tous les parkings payants en sous-sol ne sont pas utilisés et, aux abords, les habitants cherchent désespérément des places. Circuler à vélos ou à pied est souvent difficile, parfois dangereux. Absence de pistes cyclables, trottoirs étroits et encombrés, accessibilité très insuffisante pour les personnes à mobilité réduite et les poussettes…

Nous agirons en lien plus étroit avec l’Agglomération, dont c’est la compétence, pour déterminer la priorité des travaux de voirie, en concertation avec les habitants.

Nos principales propositions

  • Définir avec chacun des Conseils de quartier un nouveau plan de circulation cohérent et global au niveau de la ville.

  • Créer un réseau de pistes cyclables ainsi que des stationnements plus sécurisés pour les vélos.

  • Rendre les trottoirs aux piétons, aux personnes à mobilité réduite et aux personnes avec de jeunes enfants.

  • Réhabiliter et sécuriser dans le cadre du dispositif « Action cœur de ville » les trois niveaux de parking au sous-sol du centre commercial et sous l’église Saint Jean Apôtre.

  • Organiser avec les bailleurs et les copropriétés des réaménagements pour augmenter les places de stationnement gratuites avec notamment la généralisation du marquage au sol.

  • Développer un réseau de circulation douce (entre les principaux équipements publics, les établissements scolaires, les secteurs commerciaux et activités médicales).

  • Aménager et entretenir les sentiers piétonniers.

  • Relancer les actions pour aller à l’école à pied sur des trajets encadrés par des parents.

  • Créer trois plateformes sécurisées de covoiturage (Bois des Roches, Fontaine de l’Orme, vallée de l’Orge).

  • Renforcer la présence d’adultes aux entrées et sorties des établissements scolaires.

 

ASSURER LA RÉUSSITE SCOLAIRE DE TOUS

 

La ville dispose d’atouts importants avec 7 groupes scolaires, 2 collèges et un lycée.

La politique désastreuse du gouvernement, avec la multiplication de réformes inappropriées et la réduction drastique des moyens ne crée pas les conditions de réussite scolaire pour tous les enfants.

Nous ne nous contenterons pas de voter des motions avec de beaux discours.

Nous agirons fortement afin d’obtenir les moyens nécessaires. L’enjeu éducatif est, pour nous, essentiel et mérite davantage de mobilisation et de cohérence.

Les élèves doivent être mieux accueillis, les enseignants doivent être plus nombreux et soutenus, les parents d’élèves doivent être davantage écoutés pour être mieux responsabilisés et le personnel communal doit être renforcé et revalorisé.

Nos principales propositions

  • Imposer à l’État, dans le cadre du contrat de ville, le classement du collège Boileau et des écoles du Bois des Roches en Réseau d’Éducation Prioritaire.

  • Renforcer le personnel communal dans les écoles (notamment 1 poste d’ATSEM à plein temps par classe en maternelle).

  • Améliorer les conditions de travail, développer les formations et renforcer le personnel périscolaire.

  • Élargir les horaires d’accueil du périscolaire.

  • Revoir la carte des secteurs scolaires et créer un 8e groupe scolaire.

  • Assurer une plus grande transparence sur les modalités de dérogation.

  • Renforcer et mieux articuler les différentes actions de soutien et d’accompagnement scolaire (études, aide aux devoirs, club coup de pouce…) avec le dispositif « Réussite éducative ».

  • Mieux accompagner les parents, à travers la création d’une cellule d’accueil et d’orientation.

  • Renforcer les moyens pour l’accompagnement et la prise en charge des différents handicaps à l’école et mutualiser les différents équipements nécessaires.

  • Créer de nouveaux espaces extérieurs dans les écoles pour l’épanouissement, la détente et le bien-être des élèves.

  • Faire du repas à la cantine un moment d’éducation à l’alimentation, à la saisonnalité des fruits et légumes et de lutte contre le gaspillage alimentaire.

  • Faire de la Caisse des écoles un véritable lieu de dialogue, de concertation et d’action entre les enseignants, les représentants élus des parents d’élèves et les agents communaux.

  • Redynamiser la commission restauration et le conseil de vie périscolaire en lien avec les parents d’élèves et le Conseil municipal des enfants.

 

CONDUIRE LES JEUNES VERS L’AUTONOMIE ET L’ÉMANCIPATION

 

La jeunesse n’est pas une catégorie sociale homogène, mais ce moment de la vie ne doit pas être synonyme de précarité.

La collectivité doit favoriser l’autonomie, l’émancipation et l’épanouissement des jeunes en mettant à disposition des lieux diversifiés sur l’ensemble du territoire communal pour construire le mieux vivre ensemble.

Tout jeune Saint-Michellois doit pouvoir être accompagné en matière d’éducation, de formation, d’insertion, d’emploi, de logement, de santé, de transport et de loisirs.

Nos principales propositions

  • Assurer par le CCAS la prise en charge de la caution et du premier loyer pour les baux conclus avec des co-locataires de moins de 25 ans.

  • Intégrer une participation du CCAS sur le tarif de la mutuelle communale pour les 18/25 ans.

  • Améliorer la coordination des actions « hors les murs » du Point Information Jeunesse avec la Mission locale et le CEPFI.

  • Renforcer et élargir les missions du service jeunesse et créer différents lieux d’activité dans toute la ville, ouverts à tous les jeunes.

  • Encourager et développer les contacts et les partenariats entre les associations sportives locales et scolaires.

  • Créer un Conseil municipal des jeunes, véritable lieu de dialogue, de citoyenneté et d’éducation à l’esprit critique.

  • Renforcer des partenariats et des échanges durables entre le service municipal de la jeunesse, les écoles, les collèges, le lycée, pour augmenter la fréquentation des équipements culturels et sportifs.

  • Mieux articuler et développer les différents dispositifs (bourses aux permis, jobs d’été, chantiers d’insertion, stages BAFA…)

  • Veiller à la représentation des 18 / 30 ans dans toutes les instances de concertation, y compris en recourant à un tirage au sort.

  • Accueillir en stage dans les services municipaux les jeunes en décrochage scolaire et exclusion scolaire temporaire.

  • Soutenir les projets citoyens, humanitaires, associatifs portés par les jeunes (bourses, locaux…)

  • Mettre en place un espace « Santé jeunes » proposant des consultations gratuites et anonymes de prévention.

  • Mettre en place des permanences du Planning familial.

 

FACILITER L’ACCÈS AUX SOINS

 

Partout la colère gronde dans les services d’urgence, les blocs opératoires, la psychiatrie, les EHPAD, les laboratoires, le social et le médico-social.

Le gouvernement a une gestion purement comptable de la santé avec des restructurations d’établissements, des regroupements ou des fusions et donc des suppressions de lits et de postes. On assiste à une dégradation généralisée de l’offre de soins, à des délais de plus en plus longs pour obtenir une consultation et à des remboursements de moins en moins importants.

L’Agglomération a mis en avant dans son projet de territoire la nécessité d’œuvrer pour le maintien et le développement d’une offre de soin adaptée aux besoins du territoire. Là encore, nous serons beaucoup plus actifs.

Nos principales propositions

 

  • Établir un plan communal de prévention de la santé pour articuler les politiques publiques de santé (prévention, santé mentale, sport santé, accès aux droits, plan alimentation…).

  • Créer une maison médicale pluridisciplinaire.

  • Mettre en place un centre de santé municipal.

  • Favoriser l’installation de médecins (généralistes et spécialistes) et de professionnels de la santé (infirmières, kinés, orthophonistes…) à honoraire conventionné.

  • Implanter, en lien avec le Conseil départemental, un établissement d’accueil et d’insertion de jeunes handicapés.

  • Participer activement aux mobilisations en cours pour maintenir et renforcer les hôpitaux de proximité à Arpajon, Juvisy, Longjumeau et Corbeil.

  • Renforcer, au sein du Centre Communal d’Action Sociale (CCAS), le pôle « santé » qui permet d’orienter, d’accompagner et d’informer les familles, en collaboration avec les associations.

  • Maintenir la gestion de l’EHPAD des Grouettes au sein du CCAS et y renforcer les moyens humains.

  • Créer un second EHPAD (Établissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes).

  • Exiger des postes de médecins scolaires, d’infirmières conseillères de santé dans les différents établissements de la ville.

  • Développer des campagnes de prévention et de sensibilisation aux dangers des addictions : tabac, drogues, alcool, jeux…

  • Favoriser l’implantation de permanences du Planning familial.

 

GARANTIR LE DROIT AU LOGEMENT DE QUALITÉ POUR TOUS

 

La situation de l’habitat et du logement est paradoxale dans notre ville : de nombreux programmes immobiliers ont été réalisés, en secteur pavillonnaire des parcelles sont divisées pour densifier davantage, mais les logements vacants sont nombreux et les listes d’attente pour l’attribution d’appartements sont importantes.

Des loyers souvent excessifs, des charges locatives et de copropriété assez élevées peuvent décourager de s’installer à Saint-Michel. Plusieurs opérations de réhabilitation sont enfin en cours pour certaines résidences, mais la qualité des travaux réalisés n’est pas toujours d’un bon niveau.

Il est urgent de redonner une cohérence et un équilibre pour préserver le cadre de vie de tous les habitants qu’ils soient propriétaires ou locataires.

Nos principales propositions

  • Mettre en œuvre le droit de réquisitionner les logements vacants et de les réaffecter dans le contingent de la ville.

  • Conditionner les garanties d’emprunt aux bailleurs avec l’entretien régulier des bâtiments, une meilleure lisibilité des charges et un accès aux parkings sans augmentation de loyer.

  • Utiliser le droit de préemption de la commune en cas de vente à la découpe.

  • Renforcer les dispositifs de prévention des impayés auprès des locataires et des copropriétaires en difficulté.

  • Redéfinir et publier les critères d’attribution des logements sociaux.

  • Engager un suivi régulier des demandes de logements non satisfaites.

  • Faciliter les mutations et les échanges de logements lors des évolutions des compositions familiales.

  • Accompagner les locataires dans leurs diverses démarches et soutenir les amicales de locataires pour défendre leurs droits.

  • Mettre en place une instance de régulation avec les différents bailleurs pour encadrer et harmoniser le montant des loyers.

  • Assurer un contrôle sur la répercussion effective, auprès des locataires et des copropriétaires, des baisses de charges à la suite des travaux de rénovation thermique.

  • Renforcer et pérenniser le programme opérationnel préventif d’accompagnement des copropriétés (POPAC).

  • Concrétiser les premières études pour mettre en place un réseau intercommunal de géothermie pour le chauffage et la fourniture d’eau chaude dans les logements collectifs et les équipements scolaires et sportifs.

  • Conditionner les permis de construire et les autorisations de travaux à la prise en compte de mesures écologiques (isolation, énergie, espaces verts…).

  • Accélérer le raccordement au Très Haut Débit et défendre les intérêts des usagers en lien avec les associations de consommateurs.

  • Créer une instance indépendante pour mesurer tous les impacts des nouvelles technologies (antennes relais, futur 5G, compteur Linky…) sur la santé, l’environnement et les libertés individuelles.

 

DÉVELOPPER LES SOLIDARITÉS EN DIRECTION DE LA PETITE ENFANCE, DES AÎNÉS ET DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP

 

La politique gouvernementale actuelle aggrave les inégalités et accentue la précarité.

Les plus vulnérables sont souvent exclus des dispositifs de plus en plus complexes et restreints. Les familles des classes moyennes, comme la plupart des retraités, sont confrontées à la fois à des baisses de revenus et à des prélèvements de plus en plus importants.

Au niveau communal, il est nécessaire de renforcer les équipements et les outils, à travers une politique de solidarité qui permette de garantir la cohésion sociale et l’accès de chacun à ses droits.

Nos principales propositions

  • Créer une Halte-garderie dans le secteur quartier ancien / Glaises.

  • Soutenir, adapter et renforcer les divers modes de garde pour la petite enfance.

  • Assurer la transparence sur les conditions d’attribution des places dans les structures de la petite enfance.

  • Revoir avec la Caisse d’Allocation Familiale les conditions tarifaires trop élevées.

  • Soutenir et élargir les différentes formations auprès des professionnels de la petite enfance.

  • Repositionner le service des aînés comme interlocuteur spécifique pour tous les aspects de la vie quotidienne auprès des seniors.

  • Redéfinir et renforcer les partenariats avec les associations en direction des personnes âgées.

  • Favoriser la participation des retraités dans la vie de la commune, au sein des établissements scolaires et des associations.

  • Mettre en place un service « entre voisins » et faciliter ainsi le maintien à domicile des personnes âgées.

  • Rouvrir un lieu de restauration collective et d’activités conviviales pour les seniors.

  • Renforcer le pouvoir d’agir des usagers à travers le renforcement du conseil des résidents de l’EHPAD et du conseil de maison du centre social.

  • Créer un lieu d’accueil, d’information et de soutien pour les « aidants ».

  • Organiser dans les services municipaux un accueil pour les personnes utilisant la langue des signes.

  • Mutualiser l’équipement et le prêt de matériel spécifique pour faciliter l’accessibilité des personnes à mobilité réduite.

  • Renforcer les cours d’alphabétisation et les permanences d’accès aux droits au sein du

  • Centre social.

  • S’assurer que toute dématérialisation de service public local s’accompagne des ressources humaines nécessaires pour accompagner les personnes les plus éloignées des usages numériques en garantissant la liberté de choix entre démarche physique ou dématérialisée.

 

SOUTENIR ET PROMOUVOIR LA VIE ASSOCIATIVE, CULTURELLE ET SPORTIVE

 

Pour un meilleur « vivre ensemble », il est nécessaire de développer des cadres souples et démocratiques d’actions collectives et solidaires. Les associations sont indispensables pour entretenir le lien social et la proximité.

Les diverses pratiques culturelles et sportives contribuent, à travers la multiplicité de leurs formes, à l’épanouissement individuel des personnes et renforcent la cohésion sociale. Un nouveau souffle s’impose.

Nos principales propositions

  • Créer un Conseil de la vie associative pour notamment examiner en toute transparence les demandes de subventions, l’affectation et la répartition des locaux, une meilleure communication des activités en direction de la population et la création d’évènements fédérateurs.

  • Soutenir les associations dans toutes leurs démarches administratives et notamment dans le montage de dossier pour la recherche de financements.

  • Favoriser, pour les associations qui le souhaitent, la mutualisation de moyens techniques et administratifs au sein d’un groupement d’employeurs.

  • Organiser et faire vivre une plateforme du bénévolat.

  • Développer davantage d’interactivité avec le public et les usagers des différents lieux culturels et sociaux (Centre culturel Baschet, Conservatoire, Médiathèque, Espace Marcel Carné, Centre social Nelson Mandela et Point Information Jeunesse).

  • Élargir les horaires d’ouverture de la Médiathèque.

  • Co-organiser avec les associations les créneaux d’utilisation des équipements sportifs et culturels.

  • Réinvestir tous les équipements fermés (ex-bibliothèque, maison des associations, foyer Georges Brassens, Hall Villagexpo…) pour accueillir toutes les initiatives développant des activités éducatives, solidaires et conviviales.

  • Conforter et pérenniser la ressourcerie dans un lieu mieux adapté.

  • Mettre les lieux vacants à disposition d’artistes pour proposer des espaces de création, de fabrique, d’exposition, d’expression, d’universités populaires, permanents ou non.

  • Généraliser le 1% artistique en installant, dans chaque nouveau bâtiment ou espace public, des œuvres d’art.

  • Favoriser la création de services d’échanges locaux (SEL) en mettant des plateformes dédiées à disposition des citoyens.

  • Créer un bar associatif co-géré par les associations utilisatrices.

  • Construire une salle spécifique pour la gymnastique et la danse.

  • Améliorer l’entretien des équipements sportifs.

  • Favoriser la pratique et la mise en place de clubs handisport.

  • Soutenir la pratique sportive féminine et mixte.

  • Élaborer, avec les associations sportives, une charte de lutte contre les discriminations dans le sport.

  • Coordonner, en lien étroit avec le Comité Jumelage, différentes initiatives, culturelles, sportives, économiques, solidaires et familiales avec les villes jumelées d’Allemagne, du Mali, du Portugal et, demain, d’un pays anglophone.

 

EXIGER L’AMÉLIORATION DES TRANSPORTS EN COMMUN

 

Des milliers de Saint-Michellois vivent au quotidien la galère sur la ligne C du RER.

Différents quartiers de la ville ne sont pas ou sont mal desservis par les bus.

Il est très contraignant de rejoindre, en transport en commun, les pôles d’activités sur Évry, Massy ou le plateau de Saclay.

L’aménagement du Pôle gare, dont la municipalité avait annoncé le début des travaux dès 2014, connait toujours de nombreuses incertitudes. Nous nous engageons à peser davantage sur les choix auprès des transporteurs et d’Ile-de-France mobilité, en mobilisant usagers et habitants.

Nos principales propositions

  • Passer des discours aux actes en finalisant auprès des différents partenaires un plan de financement sérieux et un calendrier précis sur un projet concerté d’aménagement du pôle gare.

  • Sécuriser en urgence les accès à la gare pour les piétons et les cyclistes.

  • Créer un parking public gratuit au Champ de foire avec une navette bus pour accéder et désengorger la circulation aux abords de la gare.

  • Revoir, avec les transporteurs, les circuits des lignes actuelles et en créer si nécessaire pour un maillage plus complet de la ville.

  • Réexaminer, à partir des chiffres réels de fréquentation, les horaires et les fréquences des bus.

  • Imposer aux transporteurs d’assurer la concordance des correspondances bus / RER.

  • Renforcer, au niveau de l’Agglomération, les services de transport à la demande et élargir le périmètre d’utilisation.

  • Privilégier la mise en service de véhicules de transport en commun à hydrogène, qui n’émettent ni gaz à effet de serre, ni particules.

  • Proposer, au niveau de l’Agglomération, la création d’une régie publique de cars mis à disposition des écoles, des centres de loisirs et sociaux, des services jeunesse et des associations.

  • Coordonner avec le service municipal « Prévention – Sécurité » l’intervention de médiateurs dans les bus.

  • Soutenir les revendications légitimes des associations de défense des usagers des transports.

  • Peser dans les différentes instances politiques pour l’instauration de la gratuité des transports en commun, comme cela est déjà réalisé dans diverses villes et métropoles.

 

***

 

Le temps du mépris est révolu. 

Chaque habitant doit pouvoir être écouté et associé 

aux prises de décisions au service de l’intérêt général. 

Ces 13 défis seront relevés en s’appuyant à la fois 

sur l’expertise professionnelle des employés communaux 

et la mise en œuvre des 50 dispositions démocratiques de la charte éthique 

pour la transparence, la participation et l’implication des habitants.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Arrêter le bétonnage général
vignette.jpg
vignette.png
vignette3.jpg
vignette.jpg
vignette2.jpg
vignette4.png
vignette.png
Rendre la ville plus écologique, propre et agréable